News

10
juin 2015

Free + Premium –> Freemium

Derrière cette équation léxicale se cache un modèle économique très représenté et parfois envahissant. Décryptage …

Le mécanisme peut se résumer ainsi : rapporter de l’argent à partir du gratuit; paradoxal et pourtant très simple !

La plupart des systèmes basés sur le Freemium vont commencer par proposer un service de base gratuit et des services haut de gamme payants.

On pourrait penser que ce principe se révèle gagnant-gagnant mais dans la réalité de nombreux inconvénients se produisent :

  • 1/ Le décalage de plus en plus important entre les fonctions gratuites et les payantes, réduisant généralement la version Free au rang de maquette limitée. Ou autrement formulé : avoir le choix entre déguster gratuitement les mises-en-bouche ou payer l’intégralité du repas.
  • 2/ L’avalanche de publicités omniprésentes dans la version Free, destinée à rétribuer les annonceurs et à encourager le passage au Premium, mais qui en pratique irrite et décourage l’internaute
  • 3/ La rentabilité financière hypothétique, les freenautes pouvant coûter bien plus que ce que rapportent les utilisateurs payants
  • 4/ Le « coût de transaction mentale » qui voit s’effondrer l’utilisation d’un produit dès qu’il passe de gratuit à 1 centime …

 

Il existe toutefois des exemples très réussis de modèles Freemium, notamment dans le domaine du développement Web ou des jeux vidéos.

En effet les frameworks ou produits de base apportent des fonctionnalités solides et pérennes, soutenus par des communautés ou des éditeurs, tandis que les versions payantes apportent une complémentarité en termes de modules et d’extensions.

Parmi les succès : WordPress, LinkedIn, Gameloft, Prestashop, Skype, Dropbox

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés.